Lazare GOYARD (1860-1909)


Version du 17 octobre 2005

 

En travaux : documents à venir - texte en évolution

 

1. La naissance et l'enfance de Lazare GOYARD.

Lazare GOYARD voit le jour le dimanche 7 octobre 1860 à 16 heures à Anzy-le-Duc (71011), petit bourg du bocage brionnais situé au milieu des vertes prairies de la vallée de l'Arconce dans le canton de Charolles, en Saône-et-Loire.

Anzy-le-Duc (Saône-et-Loire, 71 011)

 

Autres images de sites externes : L'église - L'église

 

Il est le fils légitime de Philibert GOYARD noté également GOLLIARD, Journalier et chauffeur à Anzy-le-Duc, âgé de 46 ans et de Philiberte BERAUD ou BROT, journalière à Anzy-le-Duc (71), âgée de 36 ans. Ses parents s'étaient mariés le 11 août 1846 à Saint-Aubin-en-Charollais (71). Nous ne connaissons aucun frère ou soeur de Lazare. Nous ne savons donc pas son rang dans la fratrie.

La Déclaration de sa naissance est effectuée 8 octobre 1860 à 17 heures.

Témoignent de cette naissance ………………….

(acte de naissance de Lazare GOYARD)

 

Lazare GOYARD est le petit-fils du côté paternel de Mathieu GAULIARD né avant 1796 et décédé le 7 août 1841 à Vitry-en-Charollais (71), et de MALBRUNAUD Claudine dont nous ne savons rien sinon qu'elle est née avant 1797 et qu'elle résidait encore en 1846 à Vitry-en-Charolais.

Vitry-en-Charollais

 

Du côté maternel, Lazare GOYARD est le petit-fils de François BERAUD, tisserand et propriétaire-cultivateur au hameau de Pujus à Saint-Aubin-en-Charollais (71), né avant 1806 et décédé entre 1846 et 1863, et de Hippolyte COGNARD née vers 1791 à Saint-Bonnet-de-Vieille-Vigne (71395) et décédée le 17 février 1827 à Saint-Aubin-en-Charollais (71).

Saint-Aubin-en-Charollais

 

Domaine de Pujus (de nos jours Poujux) à Saint-Aubin-en-Charollais

 

De ses quatre grands-parents, Lazare GOYARD n'a donc pu connaître, au mieux, que François BERAUD qui décèdera avant que Lazare n'atteigne l'âge de 3 ans. Ses grands-parents ne seront ainsi pas très marquants dans sa vie d'homme.

Le 25 février 1863, âgé de 2 ans, Lazare GOYARD habite à Anzy-le-Duc (71011) lors du décès de sa mère, BERAUD/BROT Philiberte. Son père Philibert GOYARD/GOLLIARD se remarie à une date que vous ne connaissons pas encore (entre 1863 et 1892) et dans un lieu non déterminé avec Benoîte PUZENAT. C'est sans doute cette femme qui élèvera notre Lazare GOYARD. Malheureusement Benoîte PUZENAT décède entre 1863 et 1892 laissant Philibert GOLLIARD veuf pour la seconde fois.

(Acte de décès de BERAUD ou BROT Philiberte)

 

Plus tard, Lazare GOYARD quitte la Saône-et-Loire pour s'installer en Côte-d'Or à la limite de l'Aube et la Haute-Marne. Il s'établit dans la commune de Veuxhaulles-sur-Aube (21674).

(carte et images de Veuxhaulles-sur-Aube)

 


2. Le mariage de Lazare GOYARD.

En avril 1886, décidant de se marier, Lazare GOYARD demande à son père de lui donner la permission de se marier avec la jeune fille espérée. Son père fait dresser un acte de consentement à ce mariage le 19 avril 1886 à Marcigny (71) chez maître Théophile AUBERY.

Les bans sont publiés les 25 avril et 2 mai 1886 à Veuxhaulles-sur-Aube (21) sans qu'il y ait opposition au dit mariage.

Lazare GOYARD épouse ainsi, le 9 mai 1886, à Veuxhaulles-sur-Aube (21) une jeune fille originaire de ce même village Louise Jeanne PASQUIER. Il a 25 ans, elle en a 23.

(acte de mariage de Lazare GOYARD et de Louise Jeanne PASQUIER)

 

Louise Jeanne PASQUIER est née le 8 janvier 1863 à Veuxhaulles-sur-Aube (21). Elle est la fille légitime d'Antoine "Eugène" PASQUIER, manouvrier à Veuxhaulles-sur-Aube et de "Marie" Françoise LEGOIX, sans profession à Veuxhaulles-sur-Aube.

Lors de son mariage avec PASQUIER Louise Jeanne, Lazare GOYARD exerce la profession de domestique et réside à Veuxhaulles (21). Il ne sait pas signer.

Sont présents à leur mariage: Joseph PRIVÉ, ami de l'épouse mais non parent, Victor Laurent AUBRY, ami de l'épouse mais non parent, Emile GAILLARD, ami de l'époux, non parent, et Edmé LABBÉ, ami de l'époux, non parent.

Il n'a pas été fait de contrat de mariage.

Après leur mariage, les deux époux s'installent dans la commune voisine de Montigny-sur-Aube (21).

(carte et images de Montigny-sur-Aube)

 


3. Les enfants de Lazare GOYARD.

En 1887, Lazare GOYARD, âgé de 26 ans est toujours domestique mais réside maintenant à Montigny-sur-Aube (21). Il déclare le 6 octobre 1887 la naissance, à Veuxhaulles-sur-Aube (21), de son fils aîné, Jean Baptiste GOYARD. Il ne sait toujours pas signer. Il est fort probable que la jeune épouse soit retournée chez ses parents pour y finir sa grossesse et y accoucher.

(Acte de naissance de Jean Baptiste GOYARD, 06/10/1887, Veuxhaulles-sur-Aube (21))

 

Entre juillet 1888 et 1889 naît son second fils René Adhémar GOYARD. Lazare est âgé de 27-28 ans. Nous n'avons pas trouvé la trace de la naissance de cet enfant dans aucune des nombreuses communes étudiées.

Philibert GOYARD , le père de Lazare, meurt le 30 mars 1892 à 2 heures du matin à Marcigny (71) où il résidait toujours. Lazare est âgé de 31 ans. Nous ne savons pas s'il se rend en Saône-et-Loire aux obsèques de son père. Aucun indice ne nous le prouve.

(Acte de décès de Philibert GOYARD)
(carte et images de Marcigny, 71)

 

La même année, la mère de Louise Jeanne PASQUIER, Marie Françoise LEGOIX, décède à Veuxhaulles-sur-Aube (21).

Le 15 août 1894, Lazare GOYARD voit la naissance de sa première fille Marie-Philiberte GOYARD à Juvancourt, petite commune située à l'extrémité sud de l'Aube (10). Il exerce alors la profession de manouvrier et réside à Juvancourt rue de Maranville.

(acte de naissance de Marie Philiberte GOYARD)

 

(carte et images de Juvancourt, 10)


Nous retrouvons la trace de Lazare GOYARD dans le recensement de population de Juvancourt de 1896. Il est alors ouvrier carrier à Juvancourt et réside au 66 rue de l'Eglise. Il a alors 35 ans. Il n'y avait pas eu de recensement de population dans cette commune en 1891. Nous ne savons donc pas si il y habitait déjà.

Le 10 mai 1897, il habite encore dans une autre commune et dans un autre département. Il est en effet déclaré exerçant la profession de Bûcheron dans la forêt de Brandivaux commune de Rennepont en Haute-Marne (52) lors de la naissance de sa seconde fille Henriette Marcelle GOYARD. Il a 36 ans. Il sait désormais signer et signe " GOYARD Lazare ".

(Acte de naissance de Henriette Marcelle GOYARD)

 

(carte et images de Rennepont)

 

Le couple a donc eu au minimum 4 enfants mais de mémoire de descendants, ils auraient eu une nombreuse descendance.

Lazare GOYARD ne réside plus dans la commune de Rennepont (52) lors des recensements de population de 1901 et de 1906. Il est alors possible qu'il soit déjà devenu marinier.

4. Lazare GOYARD, marinier, décède sur le canal de Briare (45)

Lazare GOYARD décède le mercredi 31 mars 1909 à 8 heures du matin, à l'âge de 48 ans, à Montbouy dans le Loiret (45210) dans son bateau amarré près du port de Montbouy.

(Acte de décès de Lazare GOYARD)

 

La déclaration de son décès est effectuée le 31/03/1908 à 1h du matin.
C'est son épouse Jeanne "Louise" PASQUIER qui vivait avec lui sur leur bateau qui déclare son décès .

Sont témoins de ce décès, ………………………….

Lazare GOYARD est alors dit marinier vivant sur son bateau, de passage à Montbouy, naviguant sur le canal de Briare. Il est dit sans domicile fixe ce qui n'a pas du tout la même signification que de nos jours. Cela signifiait alors qu'il habitait à l'année sur son bateau et qu'il n'avait pas de résidence fixe dans une autre ville ou village.

(Canal de Briare à Montbouy)
(Canal de Briare à Montbouy)
(Canal de Briare à Montbouy)
(Canal de Briare à Montbouy)
(Canal de Briare à Montbouy)
(Canal de Briare à Montbouy)

 

En octobre 2005, nous avons recherché sa sépulture dans le cimetière communal de Montbouy où il a été inhumé, mais en vain. Les sépultures dont le délai de concession était dépassé étaient alors en cours de reprise. Une liste des tombes figurait alors près de l'entrée du cimetière. Il y avait de très nombreux " monsieur ??? " mais de Lazare GOYARD point.

(Cimetière de Montbouy)
(Cimetière de Montbouy)

 

Lors de son décès, Lazare GOYARD laisse son épouse seule avec au moins 4 enfants aux âges très variables :

Jean-Baptiste GOYARD et Jeanne Joséphine MERCIER

Jean Baptiste GOYARD a déjà 21 ans. Il n'habite certainement plus avec ses parents mais est probablement déjà devenu éclusier à Paray-le-Monial en Saône-et-Loire (71), à quelques kilomètres de Vitry-en-Charolais, où il passera sa vie à gérer l'écluse n°524. Il se mariera 4 ans plus tard le 9 janvier 1913 à Tarare dans le Rhône (69) avec Jeanne Joséphine MERCIER. Il aura 3 filles nées entre 1914 et 1926 à Tarare (69). Il décèdera le 30 août 1958 à Charbonnières-les-Bains (69) après avoir résidé quelques années lors de sa retraite à Chasselay et Dardilly dans le Rhône (69).

(photo de René Adhémar GOYARD)

(à venir)

René Adhémar GOYARD a environ 19-20 ans lors du décès de son père. Nous ne savons pas s'il naviguait à l'époque avec ses parents. Nous ne connaissons pas grand chose de lui d'ailleurs sinon qu'il résidait le 20 avril 1921 à Saint-Didier-en-Donjon dans l'Allier (03226). Il témoigne alors du mariage de sa sœur GOYARD Henriette Marcelle avec Claude CORTIER. Il signe "Goyard" à cette occasion. Il aura au moins une fille Marcelle GOYARD dont nous ne savons rien.

 

Marie-Philibert GOYARD vers 1938

Marie Philiberte GOYARD est alors âgée de 14 ans lors du décès de son père. Mon arrière-grand-mère maternelle aura alors une vie très aventureuse après cet événement. Elle s'installera d'abord, avec sa mère, à Troyes dans l'Aube. Elle exercera alors la profession de retrousseuse (de peaux pour la ganterie). Elle aura à Troyes son premier enfant à l'âge de 16 ans (en 1910). Elle sera ensuite marinière sur le canal de Bourgogne où elle accouchera de son second enfant à l'âge de 20 ans (en 1914) et sur la Seine où naîtra mon grand-père son troisième enfant en 1916. Installée ensuite à Champagne-sur-Seine en Seine-et-Marne puis à Corbeil-Essonnes dans l'Essonne (91), elle se mariera 3 fois et exercera le métier de tapissière en couvre-lits. Elle finira ses jours chez son fils cadet Pierre François DAGOIS le 30 avril 1967 à Brie-Comte-Robert (77).

(photo de Henriette Marcelle GOYARD)

(à venir)

Henriette Marcelle GOYARD a 11 ans lorsque son père décède à Montbouy. Nous savons peu de choses sur cette jeune fille sinon qu'elle est devenue cultivatrice aux Mottes à Saint-Didier-en-Donjon dans l'Allier (03) lorsqu'elle épouse en avril 1921 le jeune Claude CORTIER (1882-1959) originaire de Saint-Léger-sur-Vouzance dans l'Allier. Elle aura au moins un fils François CORTIER.

 

Après le décès de Lazare GOYARD, son épouse Jeanne Louise PASQUIER quitte la profession de marinière qu'elle exerçait en 1909.

En 1910, elle réside dans la grande ville de Troyes, préfecture de l'Aube avec ses deux filles Marie-Philiberte et sans doutes Henriette Marcelle GOYARD.

 

Maison habitée par Louise Jeanne PASQUIER à Troyes en 1910

 

En 1912, Louise Jeanne PASQUIER est âgée de 49 ans. Elle se marie le 23 mars 1912 à Troyes (10) en secondes noces avec Philibert SIMONET âgé lui de 50 ans et originaire de Chanes en Saône-et-Loire (71).

(Acte de mariage de Louise Jeanne PASQUIER avec Philibert SIMONET)

 

Le couple n'aura bien entendu pas d'enfant étant donné l'âge au mariage des protagonistes. Il s'installera dans l'Yonne où nous les retrouverons à Migennes (89) en 1921 lors du mariage de Henriette Marcelle GOYARD avec Claude CORTIER.
En février 1923, Louise Jeanne PASQUIER réside à Laroche-Saint-Cydroine lors du mariage de sa fille Marie Philiberte GOYARD avec Jules BILLOT.

(carte et images de Migennes et Laroche-Saint-Cidroyne)

 


Le couple habite de nouveau à Migennes (89) lors du recensement de population de 1926. Ils sont alors domiciliés rue Paul Bert près du canal de Bourgogne. Philibert SIMONET exerce la profession de charretier à la CHPML. La CHPLM est la Compagnie de navigation Le Havre-Paris-Lyon-Marseille. Le charretier de rivière se faisait payer par les bateliers pour "la location" de ses mules, chevaux, boeufs...

En 1931, Louise Jeanne PASQUIER et Philibert SIMONET n'habitent plus à Migennes ni à Laroche-Saint-Cydroine. Ils n'y décèdent pas non plus.

Nous ne savons donc pas où l'épouse de Lazare GOYARD a fini ses jours.

 

 


Retour ACCUEIL


Corinne Durand

Tous droits réservés/All right reserved - Si vous souhaitiez utiliser quelques photographies à titre gratuit à des fins uniquement personnelles, merci de solliciter mon accord écrit auparavant. Aucune utilisation commerciale des images n'est autorisée sous peine de poursuites.

Compteur de visite :